Plusieurs familles de gens du voyage se sont installées depuis six mois sur un terrain privé, à Anderlecht, sans autorisation. Une cinquantaine, qui vivent dans leur caravane sans eau, ni électricité. Suite à un rapport effectué sur place par la police, le bourgmestre Eric Tomas (PS) a pris, le 1er juin, un arrêté d’évacuation, en raison notamment des mauvaises conditions d’hygiène, et le propriétaire de terrain a reçu consigne de clôturer son terrain définitivement. Anderlecht ne dispose pas de terrain pour accueillir les gens du voyage, explique encore le bourgmestre.

Problème : la Région bruxelloise ne dispose pas aujourd’hui de terrains destinés à l’accueil des gens du voyage, en violation de la charte sociale européenne. La Région a pourtant débloqué un budget de 1,5 million d’euros pour aider financièrement les communes qui mettraient des terrains à disposition. L’appel à projet arrive à échéance lundi prochain. Aucune commune n’y a répondu.
Messieurs les Vice-Premier ministres
Messieurs les Ministres-Présidents
Messieurs et Madame les Vice-Présidents

► Reportage Fanny ROCHEZ et Béatrice BROUTOUT

Ce rapport est donc un appel non seulement à reconnaître les personnes les plus pauvres comme des citoyens à part entière et des artisans des droits de l’homme, mais aussi à mettre en œuvre des choix politiques essentiels pour être à la hauteur des valeurs proclamées.  Loin de réclamer des mesures spécifiques pour une population particulière, ce rapport a l’ambition de pousser notre société vers l’avant, à partir des plus exclus, pour garantir à tous l’accès effectif aux droits fondamentaux et à la citoyenneté.

 

Source : bx107 juin 2018